80

Les dossiers de travail


 

1 Le Dossier Gestion

C'est le plus volumineux et le plus complexe des dossiers informatiques, mais il est simple à définir. C'est celui, à l'usage des gestionnaires de la Régie et du réseau de la santé, qui leur facilite la gestion de tous leurs dossiers et leur permet de communiquer entre eux et avec les utilisateurs. Chaque fonctionnaire y a accès selon la nature de l'autorisation d'accès qui lui est remise.

Le programme accompagnant le dossier Gestion permet une gestion efficace de tous les aspects administratifs du système. Nous n'énumèrerons toutes tâches de l'État dans le secteur de la santé. Donnons seulement quelques exemples en vrac des activités qu'une gestion en ligne facilitera. Le traitement des données pertinentes à l'administration et au fonctionnement des hôpitaux et autres lieux de santé en est un bon exemple. On pourra connaître en tout temps, pour chaque lieu de santé, la capacité d'hébergement utilisée, la disponibilité des équipements, la saturation des urgences et salles de soins intensifs, l'allocation des salles de chirurgie, les plans d'amortissement et de remplacement du matériel et des immeubles, etc.

Ce programme va aussi gérer les admissions, faire le suivi des budgets de la Régie et de ses sous-systèmes formation et recherche. On suivra aussi facilement toutes les tendances épidémiologiques, on connaîtra l'impact des entrées en médecine et des mises à la retraite, etc. Toute cette information est là. Il s'agit de faire les ponts, de rétablir les liens . On pourra , comme disait Albert Londres du journalisme, « regarder ce que tout le monde regarde et voir ce que personne ne voit ».

Dans son ensemble, le dossier Gestion est destiné aux administrateurs du réseau de la santé; la plus grande partie des renseignements qu'il contient est confidentielle et ces renseignements sont réservés à ceux qui ont une raison valable d'en prendre connaissance. Il y a des éléments découlant de l'exploitation de ce programme de gestion qui peuvent néanmoins être intéressants pour les citoyens. On peut, par exemple, connaître instantanément la distribution des omnipraticiens et spécialistes sur le territoire et les délais d'attente par spécialités. Dans la mesure où ils viennent expliciter l'information disponible au dossier Annuaire (Sxxx) Ces éléments doivent pouvoir être accessibles aux citoyens et les sections idoines du dossier Gestion leur seront ouvertes.

 

2. Les dossiers « Patient »

Chaque citoyen d'une Nouvelle Société a son dossier médical qui comporte tous les diagnostics qui ont été portés sur son état de santé au cours de sa vie et par qui ils l'ont été, de même que la médication qui a été prescrite, l'effet de cette médication et les commentaires des intervenants. C'est l'un des fichier à accès restreint auxquels on peut accéder par l'adresse qui sert de domicile virtuel à l'individu (Sxxx), mais seulement si on en a le code d'entrée spécifique à cette page.

Ce dossier est mis à jour automatiquement - littéralement de minute en minute en cas d'activité intense - puisque chaque fois qu'un médecin, un infirmier ou un autre professionnel de la santé intervient auprès d'un patient et prescrit ou applique un traitement, il doit le noter à ce dossier comme il note présentement la fiche clinique du patient. La différence est que ce dossier est une fiche clinique permanente de l'individu et le suit toute sa vie durant.

Chaque professionnel de la santé est muni de son propre code d'accès professionnel qui l'identifie pour accès aux dossiers personnels médicaux tout en limitant son accès à ce qu'il lui est permis d'en connaître. archives Seul l'individu lui-même - (un droit dont il faudrait un ordre judiciaire pour le priver) - ou un professionnel de la santé à l'intérieur des limites de l'autorisation que lui confère son statut - peuvent avoir accès au dossier médical d'un individu.

L'intervenant autorisé peut ajouter au dossier du patient - et son ajout est signé de son NIO/NIP et porte l'heure et la date où il l'a inscrit - mais il ne peut jamais rien en retrancher, même de ce que lui-même y a consigné. Seul un service ad hoc de la Régie de la santé peut retrancher du dossier d'un patient, avec la permission de celui-ci et à la demande du professionnel auteur du texte à retrancher. Même en ce cas, une copie du texte biffé est gardée en archives.

Celui qu'on transporte d'urgence à l'hôpital y sera précédé par son dossier déjà remis à l'urgentologue qui l'attend et il ne devra plus s'en remettre à un bracelet de pacotille qui sera parfois la seule barrière entre lui et un choc anaphylactique ! Ne serait-il pas avantageux que le médecin traitant soit aussi automatiquement prévenu de l'hospitalisation d'urgence d'un de ses patients? Il le sera. Ce sont des applications concrètes , parmi bien d'autres, de la mise en ligne du dossier médical de l'individu. Le dossier médical peut devenir volumineux. Un engin de recherche par mots-clefs permettra le repérage facile en cas d'urgence de ce qui est jugé pertinent.

Pour chaque individu, doit exister aussi un dossier de type administratif décrivant l'historique de ses relations avec le réseau de la santé ainsi que les incidences financière de cette relation. Ce dossier administratif doit être ouvert à l'individu concerné comme aux responsables autorisés du réseau, chacun selon sa compétence. Indiscrétion ? L'État DOIT se prémunir contre la fraude. A l'examen comparatif de ces dossiers, toute la question de l'abus des ressources du système par certains individus se trouvera éclairée... et une simple photo récente, qui devra obligatoirement être versée annuellement au dossier, évitera toutes les fraudes et erreurs liées à une mauvaise identification.

C'est une aberration, pensant « assurance », de vouloir garantir un traitement égal en dissimulant l'information pertinente. On n'en arrive ainsi qu'à introduire un biais dans l'analyse actuarielle et donc un risque supplémentaire dont l'assureur se couvre par une augmentation générale de ses primes. La solution est que l'État, au nom de la solidarité, assume la surprime liée à la condition de l'assuré.


Pierre JC Allard

Vous pouvez maintenant commenter cet article au BLOG Nouvelle Société ! (Cliquer ici).



SUITE

Index Section S

Accueil

Index général

Mesurez votre audience

1