15

L'ONMP commerçant


  


 
Le but de l’ONMP n’est pas d'en tirer un profit, assumant le rôle d'un spéculateur qui y détient une position dominante ; c’est de répondre de la façon la plus efficace aux besoins des industries nationales de transformation, ces besoins étant déterminés en remontant de la demande finale à la demande pour les matières premières, à travers toute la structure de consommation intermédiaire.

Comme fournisseur universel des entreprises nationales de transformation, l'ONMP ne veut pas assumer une position monopolistique. Il contrôle la production natioanle, mais toute entreprise peut à son gré, sans avoir à en demander l'autorisation à qui que ce soit et sans avoir à payer de droits d'importation, acheter ses matières premières du fournisseur étranger de son choix.

Pour toute matière dont le pays est producteur en quantité suffisante pour ses besoins, toutefois, les prix de ONMP seront normalement les plus bas puisqu’iln perne d’autre marge que celle  correspondant è sa frais de gestion. L’entreprise qui veut s'approvisionner auprès de l'’ONMP, cependant, doit passer un contrat à terme d'au moins un an, pour une quantité déterminée et à un prix ferme convenu.

Ce contrat est irrévocable. L'utilisateur recevra la quantité convenue de la matière au prix convenu, mais il n'en recevra pas d'autre à ce prix. Si dans le cours de ses activités il demande à l'ONMP un approvisionnement complémentaire, celui-ci le lui accordera dans toute la mesure du possible, mais l'utilisateur le payera au prix du marché mondial au jour de sa demande. Ceci exigera de l'utilisateur qu'il fasse un choix d'équilibre entre une demande à l'ONMP qui pourra certainement satisfaire tous ses besoins à meilleur prix, mais pourra parfois l'obliger à maintenir lui-même un stock et une demande minimale lui permettant de fonctionner « just-on-time », mais le laissant en partie vulnérable aux aléas du marché.

Six (6) mois avant l'expiration de son contrat annuel, l'utilisateur doit renégocier avec l'ONMP son approvisionnement pour l'année suivante. S'il néglige de le faire, les premières livraisons n'auront lieu que six (6) mois après qu'une entente sera intervenue. La négociation d'un nouveau contrat d'approvisionnement avec l'ONMP sera la plupart du temps une formalité.

Si, toutefois, la quantité que demande une entreprise est significativement supérieure à sa demande de l'année précédente, il sera exigé d'elle une déclaration à l'effet que toute la quantité demandée est pour sa propre production, qu'aucune partie n'en sera revendue à l'état brut et qu'aucun produit dont cette matière est la composante essentielle ne sera vendu dont la valeur ajoutée par le travail de l'entreprise ne soit au moins égale à celle de la matière elle-même.

Pourquoi cette restriction ? Parce que, dans le cours de ses activités, l'ONMP obtiendra des matières premières d'importation dont elle deviendra distributrice sur le marché national. Dans ces efforts pour en régulariser le cours au profit des producteurs nationaux, elle pourra parfois les leur offrir à un prix inférieur à celui du marché mondial. Il n'est pas question que des producteurs abusent de cette situation pour devenir eux-mêmes partie prenante de la spéculation dont on veut les protéger

Ayant en main les contrats fermes des utilisateurs nationaux, l'ONMP peut déterminer avec plus de précision les quantités de chaque matière qu'il doit faire extraire. Dans une Nouvelle Société globale, l’Office des Produit Miniers n'aurait qu'à ajuster ses activités d'extraction à cette demande finale,suivant sa lecture continue des indicateurs des échanges interindustriels et tout serait dit. On corrige les erreurs d'estimation le plus vite possible, celles-ci n'ayant cependant  pas d'autres conséquences qu'une augmentation ou une diminution des stocks que maintient l'État comme élément essentiel de sa stratégie.

Dans une Nouvelle Société établie à l'échelle d'un seul État, cependant il faut aussi composer aussi avec les contraintes d'un marché qui, tout au moins au départ, est encore soumis aux diktats des maîtres du Système néo-libéral actuel.  Comment respecter les règles d'une production équilibrée, dans un contexte où les plus gros joueurs font tout pour créer des déséquilibres ?

Tout dépend naturellement du pays où s'installe une Nouvelle Société. Les pays puissants comme la Russie, la Chine, les USA, l'Europe le peuvent sans difficulté. Même des pays d'importance modeste peuvent le faire, s'ils sont grands producteurs de matières premières, comme le Canada, le Brésil, l'Australie. 
Les autres pays le peuvent, s'ils ont le niveau de développement nécessaire, en adoptant une attitude pragmatique. Ils ne doivent pas s'attirer d'attaques concertées venant de plus fort qu’eux. Une Nouvelle Société y tire son épingle du jeu en s'appuyant sur la force que lui donne le soutien massif de sa population et l'efficacité supérieure de ses procédés de gestion et de production.

Elle cherche à se maintenir loin de la spéculation. Sur le marché mondial, tout en prenant garde de ne pas devenir dépendante d'un seul client ou d'un seul fournisseur, elle privilégie la vente en bloc de ses excédents par des contrats de longue durée négociés d'Etat à État, ce qui lui permet de régulariser encore davantage ses rythmes de production. En toute priorité, d'ailleurs, elle tente d'établir des accords de troc, obtenant en paiement des matières qu'elle livre et dont elle a un surplus les quantités nécessaires des matières dont sa production ne suffit pas à satisfaire la demande nationale.

Quant au petit pays sous-développé, qui se retrouve exportateur sur  le marché mondial d’une matière première, même indispensable – Congo, Zambie, etc - il peut nationaliser ses ressources, mais, ne nous leurrons pas,  il ne peut pas mettre en place un ONPM efficace.  C’est seulement quand sera en place une Nouvelle Société globale que viendra pour lui le moment d’en profiter

En attendant, il doit pactiser avec le Système tant que celui-ci est le plus fort, cherchant à limiter la corruption et à stabiliser par des opérations de troc la demande et l'offre de matières premières pour ses producteurs nationaux. Il doit participer aux alliances qui lui semblent opportunes, utiliser les armes de ses adversaires chaque fois que nécessaire… et n'avoir jamais la naïveté de la franchise dans un monde menteur.




Pierre JC Allard


Vous pouvez maintenant commenter cet article au BLOG Nouvelle Société ! (Cliquer ici).



SUITE

Index Section P2

Accueil

Index général

Mesurez votre audience