64

Warp 9 !


 

La société n'est plus gouvernée. Elle est sur pilote automatique, en marche vers un trou noir. Les dirigeants d'une société démocratique repoussent les choix au-delà de leurs horizons électoraux, tandis que les shylocks, les vrais maîtres du Système, ne voient même plus la réalité. Ils n'en regardent que la réflexion dans le miroir financier et ne s'intéressent plus qu'à cette « spéculation » progressive, au vrai au sens étymologique tu terme.

Quand ceux-ci permettent que notre société devienne de plus en plus injuste, de plus en plus fragile, serait-ce qu'ils espèrent seulement qu'elle survivra le temps qu'eux-mêmes en aient retiré tous les bénéfices et se soient éclipsés ? Si oui, nous n'avons qu'à attendre le jour où, ainsi que l'insinue John Ralston Saul (Voltaire's bastards ), il sera plus simple de tirer un trait sur la dette publique, comme l'ont déjà fait Solon et bien d'autres réformateurs au cours de l'Histoire. On pourra alors reconnaître que tout cet argent imaginaire ne vaut rien

Plus simple, sans doute, mais les bouleversements qui résulteraient de cette banqueroute seraient effroyables. Pas seulement pour les biens nantis, mais pour tout le monde. Ne pourrait-on pas encore éviter cette banqueroute ? Pour changer le cours des choses et éviter l'implosion, il faudrait, comme le Capitaine Kirk, ordonner "Warp 9!", mettre le cap sur la Terre et revenir à la réalité.

Revenir à la réalité voudrait dire sortir de l'hyperespace, ramener la valeur des stocks boursiers à un ratio raisonnable des espérances de profits et se libérer de la dette publique. Éponger l'argent de trop, là où il se trouve, jusqu'à ce que ce qui en reste corresponde de nouveau à une véritable valeur. Il faudrait éliminer tout cet argent en trop sans créer de panique et EN NE LÉSANT PERSONNE. C'est à cette condition qu'on pourrait revoir la Terre et atterrir sains et saufs.

Pour éviter de choir dans le trou noir et éviter l'implosion de notre société. Il faudrait arrimer de nouveau l'argent-symbole devenu virtuel à la réalité des choses. On pourrait le faire sans la confiscation vexatoire de la richesse des uns au profit des autres, simplement par une nouvelle fiscalité qui ne soit pas progressive et liée au revenu, mais proportionnelle à la richesse.  Le fera-t-on ? Peut-être, mais il est hélas bien plus probable que le Système préfèrera mourir en tenant amoureusement ses trillions de dollars virtuels dans ses bras.

Soyons optimistes, cependant, et supposons qu'on le fasse ; le problème serait-il réglé ? Non. Il faudrait également reprendre le mouvement de redistribution de la richesse que l'on a interrompu au début des années ''80 : cette redistribution est indispensable pour équilibrer la tendance concentrationnaire du capital qui est inséparable d'un système capitaliste ou même entrepreneurial. Supposons qu'on le fasse aussi. Serions-nous hors de danger ? Seulement si l'on passait aussi à une production pour nos vrais besoins.

Il y a des décennies, qu'on ne crée qu'une richesse factice, sans répondre aux véritables besoins ni aux aspirations de la population. Quand notre société a vu que les besoins en produits industriels étaient comblés, elle aurait pu faire un virage abrupt et se choisir une autre vocation. On manquait de services professionnels. Ce sont des services que la population exigeait. Au lieu de lui donner satisfaction, on a préféré donner un sursis à l'industrie pour protéger la mainmise du capital sur le pouvoir et l'on a feint de ne pas pouvoir satisfaire cette demande pour les services.

C'était divorcer du bon sens.  La structure industrielle, détournée de sa finalité, est devenue un monstre, privilégiant un gaspillage éhonté de ressources et de travail, puisque, paradoxalement, il est inefficace de produire efficacement quand l'objectif véritable est l'expansion et la pérennité du processus de production lui-même. Il faut que la production recommence à vouloir attendre ses objectifs par le meilleur chemin et de la meilleure façon, en faisant une utilisation optimale de ses intrants, au palier de sa structure et de son fonctionnement.   

Il faudrait corriger les dysfonctions du système de production. Le capitalisme doit accepter de remettre l'offre au service de la demande et de laisser en production le pouvoir de décision à la compétence. Il faut produire pour la demande. Il faut convertir nos ressources humaines et offrir les services souhaités en médecine, en loisir, en communications.

L'ouverture au tiers-monde semblait rendre cette transformation incontournable... mais on a sous-estimé l'instinct de mort du Système, sa compulsion à vouloir sortir une derniere caisse de doublons avant que le navire échoué sur les récifs ne sombre.  Le capital lui-même, hélas, a tant perdu confiance dans la promesse d'un profit à tirer des marchés industriels saturés qu'il fuit dans la spéculation, dans l'hyperespace, vers le trou noir. 

Supposons que nous fassions cette conversion. Serions-nous dans le meilleur des mondes ? Pas tout à fait, car il faudrait aussi corriger les effets néfastes sur la psyché individuelle et collective de la grande virée dans l'hyperespace financier que le Système nous a fait faire depuis les années ''80.  Nos problèmes se sont aggravés depuis la globalisation, car le cynisme de la grande magouille des shylocks n'a pas seulement fait croître la misère au quotidien, il a détruit cet espoir d'un progrès matériel constant dont on avait fait une mystique et qui était devenu, à l'ère des managers, la seule vraie religion de la société néo-libérale.

Cet espoir était dérisoire - et il a été bien contesté au cours des années ''60 - mais il complétait l'espoir de progrès social que faisait miroiter l'utopie communiste et, ensemble, ces deux espoirs donnaient une raison d'être et un but à l'humanité. Aujourd'hui, elle n'en a plus. Comme toujours, certains se cherchent une raison de vivre dans une vie future. Ceux qui restent fidèles à la terre, cependant, sont si démunis qu'ils en sont à se faire croire que la cueillette des ordures à l'échelle planétaire n'est pas seulement une condition sine qua non de la survie de l'humanité, ce qu'elle est, mais un pas significatif dans son évolution... !

La vérité, c'est que l'humanité qui a atteint l'abondance erre sans but, sans projet, sans valeurs. Qu'on évite ou non la catastrophe annoncée, il faut créer une nouvelle société et lui donner un idéal. Une raison d'être. Il ne suffit pas de sortir d'une crise financière, il faut sortir de la décadence.


Pierre JC Allard



SUITE

Index Section H

Accueil

Index général

Mesurez votre audience