19

Le postulat des "Deux Richesses"


 

En s'acceptant « néo-libéral », le capitalisme garantissait sa survie. En plaçant un filet de sécurité sous le trapèze de l'initiative, le capitalisme devenait plus attrayant que le communisme ou le fascisme, ses deux rivaux immédiats. Le problème était posé, toutefois, de maintenir ce filet à un coût acceptable aux acrobates de la libre-entreprise. Comment donner de la richesse sans créer une inflation qui ruinerait tout le monde, comme on en avait eu l'illustration caricaturale dans l'Allemagne de Weimar ?

Le génie du système néo-libéral a été de faire clairement la distinction entre d'une part la richesse qui est composée des biens et services qu'on consomme et, d'autre part, la richesse symbolique, scripturale, qui n'est que du papier, mais qui a une valeur indiscutée réelle si on ne s'en sert que comme outil de pouvoir. De faire cette distinction, puis de comprendre qu'il n'y a aucun problème à donner plus d'argent aux riches, dans la mesure où la part des consommateurs n'en est pas réduite et où tout ce qui est produit peut donc toujours être vendu.

On ne peut déplacer l'argent « pour consommation » des travailleurs vers les riches sans rompre l'équilibre de la demande effective, mais on peut créer et donner aux riches une richesse symbolique « pour le pouvoir » . On peut en créer et leur en donner autant qu'il en faut pour les motiver et les garder heureux, sans aucun effet négatif apparent. On peut leur en donner des trillions. C'est donc ce qu'on a fait.

Pourquoi, avec tout cet argent qu'on crée et qui, par définition, ne peut correspondre à la production d'aucun bien réel, la valeur de l'argent ne plonge-t-elle pas tout droit vers zéro (0) ? Parce qu'aussi longtemps que ceux dont les besoins sont déjà satisfaits n'utilisent pas leur argent pour acheter plus, ils ne constituent pas une demande supplémentaire qui pourrait créer une rareté et faire grimper les prix. Or, évidemment, ils n'utilisent pas l'argent supplémentaire qu'on leur donne pour acheter plus, puisque leurs besoins sont déjà satisfaits. CQFD.

Qu'en font-ils de cet argent ? Ils l'épargnent, ils investissent, ils spéculent, mais ils ne le consomment pas. Aussi longtemps que les gagnants gardent leur argent dans un autre univers, qui n'est pas celui de la consommation, il n'y a pas de problème d'inflation. Donner un chèque d'un milliard d'euros qui ne sera pas encaissé ne changera rien à vos fins de mois. Quand il a l'assurance qu'elle ne sera pas consommée, l'État peut créer une richesse symbolique illimitée et la distribuer comme bon lui semble. Il lui suffit d'être bien prudent, pour que cette richesse symbolique qui ne correspond à aucune richesse réelle ne filtre pas vers ceux qui ont de vrais besoins et l'utiliseraient pour consommer.

Est-ce possible ? Oui, si on garde cette richesse « pour le pouvoir » et qu'il ne faut pas dépenser loin du monde ordinaire et donc sous une forme qui, en pratique, lui est inaccessible. Sous la forme de la valeur des titres boursiers, par exemple. (Une valeur qui a si peu de liens avec la réalité, qu'on pourrait un jour en supprimer pour 8 trillions de dollars (USD $ 8 000 000 000 000) après l'attentat du WTC - (USD $ 28 000 par tête d'Américain moyen) - sans que l'Américain moyen ne s'en sente vraiment plus pauvre, ni que l'économie ne s'effondre sur le champ !)

Il n'est pas sans danger de mettre de l'argent en circulation en prenant pour acquis qu'il ne s 'égarera pas et ne sera pas dépensé. Un Gagnant peut venir spéculer sur le marché de la consommation, mettant son argent virtuel « pour le pouvoir » en conflit avec cet « argent pour consommation » qu'on donne au monde ordinaire. Il peut y avoir des bavures.

Sur le marché du pétrole, par exemple, on peut spéculer avec des moyens (relativement) modestes, car la produit à la pompe est bien proche de celui de la vente « spot » à Rotterdam. » L'argent « pour le pouvoir peut venir s'encanailler avec l'argent pour la consommation et faire des bêtises. Des fripouilles peuvent manipuler, susciter, profiter des « événements » qui font bouger les cours, comme des guerres en Iraq, des révolutions au Nigeria, des coups d'État au Venezuela. Mais le système peut survivre à ces incidents, même si l'on ne peut, hélas, en dire autant pour tous ceux qui en font les frais.

Ces bavures n'empêchent pas que la cloison soit presque étanche et que la richesse symbolique soit pratiquement interdite de séjour au niveau de la consommation courante. On peut voir certaines extravagances de ceux qui ne sont pas tout à fait assez riches et n'ont donc pas encore absolument tout ce qu'ils veulent, mais ce sont des broutilles dans le contexte de l'économie globale. Tous les Cohibas, les Petrus, les Paradis, les Ferrari du monde ne représentent qu'un léger frémissement sur la courbe de consommation.

Même les industries dites « de luxe » vivent surtout des gens à revenus modestes ; il se boit plus de Champagne dans les mariages du monde ordinaire que dans toutes les noubas des parvenus d'Hollywood et tous les « jets » privés du monde ne valent pas le seul coût de recherche et développement d'un nouveau gros-porteur comme le A 380. L'industrie est pour la masse et les riches sont bien parcimonieux.

Les argents se mêlent peu. L'« argent pour le pouvoir » et l'« argent pour la consommation » peuvent dormir dans le même lit sans se toucher, et sans même une épée entre les deux. Il y a DEUX richesses. C'est ce qui rend possible tout le système capitaliste néo-libéral.




SUITE

Index Section H

Accueil

Index général

Mesurez votre audience