COMME IL VOUS PLAIRA



 

Développer un esprit évolutionnaire (Texte 902) est une condition préalable nécessaire à l'avènement d'une Nouvelle Société mais ne suffit pas; encore faut-il qu'une majorité effective (Texte 402) de la population se mette d'accord sur la nature des changements à effectuer. La stratégie du Pouvoir actuel est d'empêcher que ce consensus ne s'établisse.

L'astuce de ceux qui nous exploitent est de présenter comme irréconciliables les objectifs de liberté accrue et de redistribution de la richesse qui sont respectivement les exigences emblématiques de la Droite et de la Gauche. Ce faisant, le Pouvoir peut se maintenir, soutenu au centre par la tension dynamique entre ces deux forces opposées, se prétendant l'allié de chacune contre l'autre et offrant le Systeme (Texte 401) actuel comme le moins mauvais des points d'équilibre.

Ce consensus du pis-aller qui maintient l'ordre établi malgré ses tares et l'insatisfaction générale ne constitue toutefois un compromis acceptable que dans la mesure où l'on croit fermememt que la liberté individuelle effective et la distribution optimale de la richesse collective sont bien des buts contradictoires et les pôles d'un ´ jeu à somme nulleª, les éléments d'un couiple dont l'un ne peut augmenter sans que l'autre ne soit réduit. Or cette opposition irréductible n'existe pas dans les faits.

Il est possible qu'elle ait existé circa 1776 et 1789, quand ont été déterminées les règles du jeu auxquelles notre société obéit toujours, mais il est clair qu'elle n'existe pas aujourd'hui. Les progrès de la technologie on rendu possible qu'une Nouvelle Société puisse apporter plus de liberté individuelle tout en assurant une meilleure répartition de la richesse et en mettant tout le monde à l'abri du besoin .

Comment ? Parce que, dans un premier temps, les moyens de production dont nous disposons permettent maintenant d'augmenter sans difficulté notre capacité de production bien au-dela du seuil où les besoins matériels de tous sur cette planète seraient satisfaits. Ensuite, le développement des communications et des moyens de traitement de l'information rendent désormais tout à fait gérable une société au sein de laquelle peuvent co-exister une myriade de sous-systèmes distincts correspondant aux voeux même divergents de ceux qui ne partagent pas les buts de la majorité ou n'acceptent pas les méthodes que celle-ci choisit d'utiliser.

Ainsi, il est maintenant possible de tirer toute l'humanité de la misère et de la pauvreté sans que cette démarche n'ait à réduire en aucune façon la consommation réelle de quelque milliardaire que ce soit. La richesse est devenue le résultat d'un exercice comptable discretionnaire et une meilleure répartition de la richesse ne signifie donc plus d'enlever à l'un pour donner à l'autre - (puisque l'essentiel de ce qu'on appelle la richesse n'est désormais qu'un mirage virtuel qui ne pourrait nourrir personne !) - mais bien de réaffecter nos ressources humaines à la productiuon des biens et services dont nous avons vraiment besoin, en utilisant toutes les ressources techniques dont nous disposons et, surtout, en ne laissant pas l'illusion monétaire nous en empêcher pour satisfaire aux impératifs de la spéculation.

Simultanément, nous n'avons plus besoin d'un Etat ubiquitaire et totalitaire mais il devient au contraire possible et souhaitable de ramener à la part congrue l'intervention de l'Etat dans le vie des citoyens . Le gouvernement et ses émanations multiples doit se limiter à assurer la sécurité, la justice, les services sociaux essentiels et à optimiser l'utilisation de nos ressources collectives.

Dans cette optique d'une Nouvelle Société qui peut offrir à la fois plus de richesse et plus de liberté, la confrontation Droite-Gauche apparaît comme un malentendu frauduleusement entretenu par une petite minorité de Shylocks (Texte 406) qui en tirent leur profit. Le véritable conflit est entre ceux qui bénéficieraient d'un changement qui les rendrait plus libres et plus riches et ceux-là, bien peu nombreux, qui veulent préserver une situation dont ils retirent leur richesse et leur pouvoir, ´ "pouvoir" étant le nom qu'on donne à la liberté quand elle ne s'arrête pas là où commence la liberté des autres.

Quand on identifie ainsi le véritable conflit, on comprend que ce qui est nécessaire à l'avènement d'une Nouvelle Société c'est la naissance d'un consensus contre l'ordre établi, une volonté généralisée de modifier les règ les du jeu, de mettre à l'heure la pendule politique pour qu'elle indique le temps réel des possibilités d'aisance et de liberté qui découlent de la technologie contemporaine.

Quelle doit donc être l'attitude de quiconque souhaite une Nouvelle Société ? D'abord, nous l'avons dit, devenir un agent de changement ; mais aussi, renoncer au rêve-cauchemar de l'État totalitaire et accueillir la diversité, s'ouvrir au droit des autres à la différence. Penser une société multidimensionnelle dans laquelle un effort constant peut permettre que chaque minorité opère pour elle-même, en parallèle à toutes les autres, tous les sous-systèmes dont la gestion collective n'est pas essentielle à notre survie à tous.

Ayant accepté ce droit à la différence, celui qui veut que naisse une Nouvelle Société ne doit pas mettre de l'avant des propositions revanchardes, des propositions qui créent des perdants et qui ne peuvent donc que susciter des oppositions ou des réticences et compromettre la construction d'un solide consensus contre le Systeme. Il doit, au contraire, préconiser les changements auxquels une large majorité de la population peut se rallier . C'est le cas, par exemple, des propositions développées sur ce site, dont au premier chef celles touchant le travail-revenu garanti (Texte 701), la justice (Textes 702 et 703), l'éducation (704), la santé (705), la démocratie (Texte 6), etc.

Celui qui veut que naisse une Nouvelle Société doit aussi clairement souligner comment, chacune de ces propositions même ouvre la porte à un traitement distinct de ceux qui veulent affirmer leur dissidence et comment une Nouvelle Société, plus équitable mais aussi plus libertaire, met ainsi fin à la tyrannie de la majorité. Chacun doit voir que la Nouvelle Société est la premiere étape vers la réalisation de SON agenda personnel (Texte 709).

Une Nouvelle Société, veut que chacun, dans le respect du droit des autres, ait plus que jamais la liberté et les moyens matériel de faire ce qu'il lui plait. C'est ce but qu'il faut faire connaître car c'est sur ce but que nous voulons créer le consensus qui amènera le changement.

 

PJCA

Vous pouvez maintenant commenter cet article au BLOG Nouvelle Société ! (Cliquer ici).


 

Continuer


Texte suivant

Index Section 9

Index général

Accueil

Mesurez votre audience

1