12

Les Conseillers


 

Les Conseillers sont élus dans chaque division électorale en même temps que le Député. N'importe quel électeur peut se présenter au poste de Conseiller. Chaque électeur peut voter pour un Conseiller et un seul à chaque tour de scrutin, les Grands Électeurs disposant d'autant de votes que d'électeurs qu'ils représentent et pouvant répartir ces votes comme ils l'entendent entre les candidats Conseillers. Sont déclarés élus, au premier ou au second tour de scrutin, les candidats Conseillers ayant obtenu mille (1 000) votes ou plus.

Le nombre des Conseillers élus dans une division électorale varie évidemment selon la distribution du vote. La publicité formelle du candidat Conseiller en campagne obéira aux mêmes limitations que celle du Député, mais quand 1 000 votes suffisent pour être élu, le bouche à oreille devient un outil efficace.

L'intention, en créant des Conseillers, est de permettre une représentation des mino-rités et groupes de pression tout en ne leur donnant que bien peu de pouvoir. Comme le Député et les Grands Électeurs, il est important que les Conseillers soient tenus à l'impartialité quant aux partis en présence.

Il n'est pas mauvais, toutefois, qu'ils soient identifiés à des segments de la population. C'est entre Conseillers que se fera la conciliation des intérêts particuliers, le Député pouvant rester à l'écart des lobbies et l'un ou l'autre des Conseillers ne manquant pas l'occasion de le lui rappeler s'il l'oublie.

Normalement, c'est au Conseiller qui leur paraît le plus près de leurs intérêts que les individus diront ce qu'ils attendent de l'État. Les Conseillers fourniront ainsi constamment au Député l'image de ce que pensent ses électeurs et de ce qu'ils veulent

Avant tout vote à l'Assemblée, le Député devra formellement consulter ses Conseillers et il y aura procès-verbal de leurs recommandations. Si 70% des Conseillers d'un Député sont en désaccord avec celui-ci quant à un vote à l'Assemblée, ils peuvent faire constater leur dissidence par acte judiciaire, en donner avis au Président de l'Assemblée et y faire enregistrer leur vote en lieu et place de celui de leur Député.

Ceci n'arrivera pas souvent, car il n'est pas si aisé de mettre d'accord pour un putsch 70% des membres d'un groupe représentatif de multiples tendances. Si la chose arrive, toutefois, le Député et les Conseillers seront considérés avoir démissionné en date de la présentation au Président de l'Assemble de l'avis de dissidence, sans préjudice à la validité du vote dont ils ont ainsi donné avis.

Une élection partielle aura lieu, le processus débutant le lundi suivant cette démission. Elle suivra les normes et délais d'une élection générale, mais les électeurs seront aussi informés de la position adoptée par le Député et de celle des Conseillers dissidents.



Vous pouvez maintenant commenter cet article au BLOG Nouvelle Société ! (Cliquer ici).


SUITE

Index Section 6

Accueil

Index général

Mesurez votre audience 1