08 03..06

 

 

Indiscrétion à la canadienne


 

 

La montée triomphale de Obama vient d'être stoppée par Clinton sur l'Ohio. Pourquoi ? L'analyse des Exit-polls revèle que les intentions de vote en Ohio ont basculé, après qu'une information ait filtré, sur une chaîne de télevision canadienne, et ait été largement reprise aux USA. Le virage a été suffisant pour faire perdre à Obama, en trois (3) jour, sa confortable longueur d'avance aux sondages. Ce qu'il fallait pour lui couter l'Ohio et le Texas. Peut être l'investiture démocrate. Probablement la présidence

Quelle information ? Dans l'Amérique industrielle, dont l'Ohio est au coeur, le chomage fait rage et on en blâme surtout un accord de libre échange avec le Canada et le Mexique (ALENA) qui aurait fait perdre aux USA des millions d'emplois. Vrai ou non ? Qu'importe. L'ALENA est la bête noire et Obama, comme Clinton, ont marqué des points auprès des travailleurs en en promettant la « renégociation », voile pudique pour laisser entendre qu'on le ferait disparaître.

Parler de mettre un terme à l'Alena pourrait être une source d'inquiétude pour les Canadiens, bien sûr, mais qu'à cela ne tienne ; les candidats leur feront savoir en sous-main que tout ça est pour rire et que l'accord est là pour rester. Normal. Un proche d'Obama voit donc le Consul Général du Canada à Chicago... Diplomatie élémentaire et, de toute façon, il est impensable que cet accord soit abrogé. MAIS...

Mais la discrète conversation diplomatique apparaît à la télévision canadienne ! Petite bavure, tout le monde nie. Hèlas, un compte rendu de la conversation compromettante, sur papier officiel, apparaît trois (3) jours plus tard... GROSSE BAVURE. Enorme. Un Gibraltar dans la mare, car on est aux USA, le pays de la présumée totale transparence.

Le pays où les candidats se désistent parce qu'on dit qu'ils ont regardé la femme du voisin et où Nixon a été chassé du pouvoir « parce qu'il a menti au peuple américain ». Inacceptable, au pays de la Transcendante Hypocrisie, que le candidat qui propose la poudre de perlimpinpin aux enfants réconforte les grandes personnes.

Surtout si, comme Obama, il n'a finalement rien vendu d'autre que son honnêteté et sa transparence. Dès qu'il est prétendu que le Sauveur Barack a tenu un double langage, les indicateurs s'affolent. Dès qu'on prouve qu'il a nié et menti... rien ne va plus.

Rien de plus convaincant qu'un rêve... tant qu'on ne vous éveille pas. Vous pensiez Obama pur, voire naïf ? Il ratoure ! C'est un menteur ! Pris en flagrant délit de mensonge, Obama perd sa virginité et devient une respectueuse comme les autres. Qu'il gagne ou perde, ça n'a plus d'importance. L'Amérique est déçue. Ce qui pourrait être grave, mais c'est une autre histoire.

Ne parlons ici que de comment on a éveillé la grosse bête qui dormait. Les Canadiens ont sonné l'alarme. Evidemment, on sait aux USA que les Canadiens sont de grands innocents. Rien de surprenant, donc, à ce qu'ils laissent échapper une confidence. On hausse les yeux au ciel et on soupire. MAIS...

Mais le Consul Général du Canada à Chicago est un diplomate chevronné qui - coincidence - a fait le plus clair de sa carrière dans les affaires publiques et les relations avec les médias. Difficile de croire qu'un journaliste ait roulé dans la farine un diplomate de haut rang et lui ait soutiré une information aussi cruciale... à moins que celui-ci n'ait obtenu du gouvernement canadien instruction de la transmettre. Difficile de croire que la bavure dûment niée soit corroborée par une note écrite refilée en douce au moment où elle pouvait faire le plus de mal juste APRES QUE OBAMA EUT NIÉ. Tout devient assez invraisemblable.

Alors on se souvient des excellentes relations du Parti Conservateur canadien avec les Républicains de Bush. Les relations qui nous renvoient de temps en temps au Canada des cercueils venant de Kandahar... Imaginez que Obama soit tombé dans un piège et que le Premier Ministre conservateur canadien Harper ait fait cette petite faveur d'une indiscrétion aux Républicains qui souhaitent ouvertement une victoire de Clinton contre Obama aux primaires démocrates ?

Imaginez... Habiles, n'est-ce pas, ces Canadiens ? Car l'ascenseur reviendra. Mais un jeu dangereux, car si Obama n'était que blessé et devait malgré tout gagner ces élections, le Canada n'aurait pas vraiment un ami à la Maison Blanche....

 

Pierre JC Allard




Vous pouvez maintenant commenter cet article au BLOG Nouvelle Société ! (Cliquer ici).



Page précédente

Page suivante

Litanie des avanies

Retour à l'accueil

Mesurez votre audience 1