07.11..27

 

 

Le Nobel et l'Inquisition


 

 

Le Docteur James Watson est une grosse pointure. Prix Nobel de médecine en 1962, pour avoir découvert en 1953 les structures de l'ADN. Dans la grande armada des scientifiques, il est du tonnage des Newton et des Galilée. Si on cherchait un vaisseau-amiral pour la science au XXe siècle, ça pourrait être Planck ou Einstein, mais ça pourrait aussi être Watson. Le débat reste ouvert.

En fait, le débat restait ouvert jusqu'au mois dernier. Le 14 octobre dernier, James Watson est devenu un imbécile. Un fou. On ne renoncera sans doute pas à la structure de l'ADN, mais on lui trouvera peut-être un autre nom. On lui trouvera certainement un autre père fondateur. Il est devenu fou quand, interrogé par un jeune journaliste du Sunday Times, il a dit que les Noirs n'étaient pas aussi intelligents que les Blancs.

Évidemment, ça ne se dit pas. C'est une énorme bêtise, pour trois raisons. La première, c'est parce qu'on ne sait pas vraiment ce que c'est que l' « intelligence ». On le sait tellement peu, que Piaget a pu définir l'intelligence comme étant « ce que mesure un test d'intelligence... ». C'est définir Dieu comme une force à la source de l'univers ; c'est après que ça conduit à des malentendus.

Deuxièmement, on ne sait pas non plus ce que c'est qu'une « race ». Pour les péquenots, il y a des Blancs, des Bruns, des Jaunes, des Noirs, des Rouges et quelque demi-teinte. Notez que nous les avons classés par ordre alphabétique, nous ne sommes pas racistes... Pour ceux qui prétendent s'y connaître un peu, toutefois, on ne parle meme plus de races. On dit que les gens se divisent en groupes et sous-groupes qui semblent avoir des caractéristiques génétiques communes. On ne parle pas de couleur, c'est mal vu.

Quand on en sait juste un peu plus long, on parle de ADN mitochondrial et de haplogroupes. On les désigne par des chiffres et des lettres, partant du principe qu'être codé « haplo M17 » énerve moins que de se faire dire qu'on est un pur Aryen. Du moins on l'espère, car le National Geographic et Google viennent de lancer un projet qui va gagner des millions, à dire à Quidam Lambda dans quel groupe de caractéristiques génétiques apparentées il se situe, incluant la liste anonyme de ses ancêtres maternels, autant qu'il en a eu. Anonymes, sauf la tout première de ses arrière-arrière-arrière grand-mères, rebaptisée Lucy. Ne l'appelez pas Eve, ça conduirait à des malentendus.

Assez imprudent, donc, pour un prix Nobel, de parler d'intelligence raciale quand on ignore ce que veulent dire « race » et « intelligence », mais la troisième raison de la bêtise qu'a dite Watson - et sans doute la principale - ­ c'est que le Docteur Jim, comme l'appellent ses élèves, est aussi, comme beaucoup de génies, un petit rigolo. Einstein tirait la langue quand on prenait sa photo, ce qui faisait d'extraordinaires clichés. Watson a passé sa vie à dire de provocantes insanités.

Ainsi, sa recommandation aux futures mamans, si elles voulaient un jour être grand-mamans, de se faire avorter si on décelait chez leurs enfants le gêne de l'homosexualité ! Quand on aurait découvert le gêne de l'homosexualité, bien sûr.... Watson a passé sa vie à dire de ces énormités qu'on dit en fac, en novembre, quand sort le beaujolais nouveau. Ce qui a produit d'extraordinaires canulars bêtises, comme dans toutes les facultés en novembre. Mais lui, il a découvert l'ADN.

Maintenant, il y a bêtise... et bêtise. Il semble que cracher au visage de votre cocher est relativement anodin, mais que cracher au visage du pape vous fait écarteler ou brûler vif. Quand l'Inquisition est là et fait son boulot. Ce n'est donc pas de Watson que je veux parler - et encore moins des Noirs - mais de l'Inquisition. Je suis férocement opposé aux inquisitions. Le procès de Galilée n'en aurait pas été moins une infamie, si celui-ci avait dit que la Terre était carrée. Cette façon de vouloir traiter la science comme quelque chose qui vient confirmer ce que l'on pense être correct - ou qui devrait l'être - c'est ça que vient implanter l'Inquisition. C'est ça, l'infamie qu'il faut écraser

L'inquisition ? Une barbarie moyenâgeuse...! Stop ! Attention ! Le dernier hérétique a été brûlé en Espagne en 1826. A la même époque, Leon XIII condamnait a mort des gens qui lui avaient manqué de respect -- une vingtaine d'exécutions en quelques années -- et Sa Sainteté publiait que quiconque se faisait vacciner contre la petite vérole cessait d'être un enfant de Dieu, dont la maladie était la volonté. Ce n'est pas si loin, l'Inquisition.

Depuis Galilée, l'Église a perdu le pouvoir de tuer au nom de l'ignorance. Mais c'est la Science, au service de la politique, qui est devenue la nouvelle Infâme. La biologie, en URSS, a dérapé pendant une génération, parce que Staline préférait Lysenko à Mendel et que, manque de pot, il avait tort.... C'était hier à peine.

C'était l'URSS de Staline. Aujourd'hui, c'est bien fini. Vraiment ? Je me questionne. Nous avons ici James Watson, 79 ans, l'un des génies indiscutables du XXe siècle, un Galilée parmi nous, que l'on force à renoncer à ses titres et à ses emplois parce que ce qu'il a dit est jugé indéfendable. On ne l'attaque pas ; on n'attaque pas ce qu'il dit ; on dit simplement que c'est indéfendable. Toute la communauté scientifique du monde regarde, impassible, pendant que l'un des grands parmi les siens est à se faire écarteler C'est aujourd'hui, l'inquisition

Watson a dit des mots qu'il ne faut pas dire. Il n'a pas dit les bonnes choses et ne les a pas dites de la bonne façon : il sera donc brûlé sur le bûcher de l'intolérance. En 1994, le Professeur Herrnstein de Harvard et un collègue politologue, Charles Murray, ont publié un livre, The Bell Curve , qui jetait un pavé dans la même mare. Bien sûr, on leur a lancé l'anathème, mais, parce qu'ils y avait mis les bonnes précautions oratoires et s'étaient bien défendus de tirer des conclusions racistes, ils n'ont pas été brûlés vifs, Murray a son site internet et passe encore à la télévision !

Pourquoi Watson, dont l'humour est peut être lamentable, mais qui n'a sans toute voulu encore une fois que choquer un jeune journaliste, devient-il tout à coup le bouc émissaire ? Pourquoi tous ces ânes, dont la peau en d'autres temps lui aurait servie de litière, s'acharnent-ils sur le lion devenu vieux ? Est-ce que l'on a quelque chose à cacher ?

Je regrette qu'un nouveau Voltaire ne soit pas là pour défendre ce nouveau Calas contre la rectitude politique, cette nouvelle Infâme qui prend la science pour sa soubrette. Je n'ai jamais été même soupçonné de la moindre pensée raciste, mais je trouve répugnant le traitement qu'on réserve aujourd'hui à Watson. J'ai honte pour la science et l'humanité et j'ai pensé qu'il était de mon devoir de le dire.

 

Pierre JC Allard




Vous pouvez maintenant commenter cet article au BLOG Nouvelle Société ! (Cliquer ici).



Page précédente

Page suivante

Litanie des avanies

Retour à l'accueil

Mesurez votre audience 1