99.06.30

 

COMME EN "14

 

Toute guerre est regrettable. C'est un euphémisme, mais c'est aussi le mot juste; car, quel qu'en soit le déroulement et même le résultat, il est impensable qu'on fasse la guerre sans le regretter, sans se dire quelquefois - et dix fois plutôt qu'une - qu'il aurait mieux valu ne pas la faire. Les maux qu'entraînent un conflit armé sont toujours, objectivement, pires que ceux qu'ont a pris les armes pour corriger. Mais pourquoi diable fait-on la guerre!

La cause immédiate des guerres est toujours un malentendu, car la guerre est trop bête pour qu'on ait une bonne raison de la faire. Il n'y a jamais de bonne raison. Ça commence par une vétille, ça s'aggrave à cause de la morgue de quelqu'un qui n'ira pas au front et qui pousse un bluff ou lance un ultimatum de trop, puis, parce qu'il serait insoutenable de faire marche arrière, on ajuste la pondération des valeurs subjectives - liberté, foi, honneur, patrie - pour justifier le carnage.

C'est comme ça, en 1914, que toute une génération est partie "mourir pour la France", alors que la cause immédiate de la guerre tournait autour d'une affaire de juridiction pour décider du sort du meurtrier serbe d'un prince autrichien. En 1940, le prétexte était un droit de passage à Danzig. Aux mecs qui crèvent dans la boue, qui n'ont rien à foutre des juridictions et des droits de passage, on dit qu'ils meurent pour une cause; en réalité ils meurent pour des intérêts qui ne sont pas les leurs et parce que quelqu'un, trop préoccupé par ses affaires, a oublié à quel point une guerre est regrettable.

Juste avant d'écrire ce texte, j'ai vu et entendu à la télévision une infirmière, interviouwée sur la ligne de piquetage, déclarer qu'il valait mieux "crever sur le trottoir en protestant que de se faire mourir à travailler aux conditions qu'on leur offre". Une exagération, bien sûr, une hyperbole; personne ne se "tue" au travail et personne ne va "crever" sur le trottoir. C'est le langage du bluff, de la surenchère, un mot comme un autre mot pour jalonner l'escalade verbale.... Vraiment ? Vous en êtes sûrs?

Je n'aime pas cette escalade du bluff et de l'ultimatum où le gouvernement est le premier de cordée. On impose des amendes colossales pour briser les reins des syndicats? Les syndiqués ne croient plus qu'il auront à payer ces amendes; ils ont appris, par l'expérience, qu'en cours d'escalade on atteindra un seuil à partir duquel ces amendes deviendront menue monnaie dont on obtiendra quittance. On prépare une loi spéciale imposant le retour au travail? Les travailleurs ont déjà annoncé qu'ils ne s'y soumettraient pas. Qu'est-ce qu'on fait après?

Après, s'il ne s'agissait que des cols bleus de la Ville de Montréal, on saurait vers quoi on se dirige. Vandalisme, attentats ciblés, une partie de bras-de-fer, puis un règlements entre lutteurs qui savent en mettre plein la vue en faisant un minimum de dégâts. Les infirmières ne sont pas des lutteurs professionnels. Ça fait vingt ans qu'on les sous-paye, qu'on en abuse parce qu' elles sont faibles, un peu bonasses, faciles à rouler dans la farine. Qu'est-ce qu'on fait aux infirmières qui n'obéissent pas à la loi? On met les meneurs en prison? On leur tape dessus?

Ce sera quoi le prochain ultimatum d'un gouvernement qui, préoccupé par ses "affaires" - déficit, indépendance, etc - semble avoir oublié le sens et donc les conséquences d'une escalade dans la répression? Comment un gouvernement qui a eu la morgue de provoquer la crise en faisant les manchettes avec un "PAS UN CENT DE PLUS !" retentissant peut-il faire marche arrière sans perdre la face?

J'ai peur que le gouvernement n'évalue pas à sa bonne mesure le ressentiment des infirmières et des ambulanciers. Je me méfie des bêtises que peut faire un gouvernement qui bluffe en regardant ses jetons plutôt que les cartes sur la table et les yeux de ses adversaires: c'est une situation propice aux malentendus. Un gouvernement qui évalue mal le ressentiment des Québécois, en fait, puisque trois (3) Québécois sur quatre (4) soutiennent la cause des infirmières.

Nous, Québécois, nous reconnaissons dans ces infirmières faibles, bonasses, faciles à rouler dans la farine dont on abuse depuis si longtemps. A la télé, en arrière-plan de l'infirmière interviouwée, on entendait la cacophonie incessante des klaxons des sympathisants. Le gouvernement l'a-t-il entendue, ou va-t-on rouler les biceps et faire des menaces... comme en "14 ?

J'ai peur que le gouvernement, prisonnier de son escalade, ne nous amène à lui "déclarer la guerre". Une société civile déclare la guerre à son gouvernement quand elle prend parti pour l'illégalité. Lorsque les cols bleus ont envahi l'Hôtel de Ville, la population, choquée, a exigé de la fermeté; si les infirmières occupaient les bureaux du gouvernement, la majorité de la population ne dirait-elle pas plutôt bravo?

Si on voulait les évincer par la force, quelle attitude adopterait un mouvement syndical qui n'a pas eu depuis bien longtemps - et n'aura peut-être pas avant encore bien plus longtemps! - la chance d'un soutien populaire large? Comment réagiraient ceux qui n'ont connu ni la violence des années "60 ni la crise d'Octobre 70 et qui ont donc de celle-ci l'ignorance dont on fait les héros?

Les gens qui nous gouvernent n'on pas l'air de voir à quel point la population est fébrile. Vous avez lu ces articles sur la croissance inouïe de la violence à bord des avions? Des gens tranquilles, un peu bonasses, qui en ont ras-le bol et qui sautent littéralement à la gorge d'un quidam en autorité qui les a humiliés une fois de trop? Ou ces histoires d'automobilistes qui deviennent fous de rage pour des accrochages anodins auxquels s'est ajouté un regard condescendant ou une parole blessante et qui explosent, qui agressent ou qui tuent, pour un oui pour un non, quand ils sont pris dans des "bouchons" qui sont le symbole de leur vie? Nos dirigeants n'ont plus peur de la violence: c'est cette suffisance qui mène aux grandes erreurs.

J'ai l'âge où l'on devient pacifiste; tout ce site vise à une transformation sans violence de notre société. J'espère que les infirmières obtiendront justice et, surtout, que quelque imbécile au gouvernement ne fera pas une autre déclaration provocante qui nous ramènera trente ans en arrière.


Pierre JC Allard



Vous pouvez maintenant commenter cet article au BLOG Nouvelle Société ! (Cliquer ici).



POUR UNE SOLUTION AU PROBLEME DE LA SANTE AU QUEBEC

Page précédente

Page suivante

Litanie des avanies

Retour à l'accueil

Et puisque l'on parle de ressources rares...

Mesurez votre audience Ce site reçoit environ 125 visiteurs par jour, dont le tiers transitent par les 4 pages recensées par ce codeur; cliquez sur l'icône à gauche pour en savoir plus sur cet échantillon des visiteurs 1