99.05 05

COLORADO - 2

Il est rare que je revienne deux fois de suite sur un même sujet. Je le fais aujourd'hui parce que ce sont "eux" qui ont commencé à remettre ça. Eux, ce sont les jeunes qui par CENTAINES, ont lancés des appels à la bombe dans les écoles des U.S.A. et en ont déposées quelques unes... On nous dit qu'il n'y pas de victimes. On veut dire: pas de nouvelles explosions; les victimes, elles, sont toujours là.

Les victimes, ce sont tous les jeunes d'une génération à qui on a laissé en héritage le cynisme comme philosophie et la décadence comme projet de vie. L'attentat du Colorado a ouvert l'abcès, et maintenant ces jeunes viennent dire qu'ils n'ont pas vraiment le goût de vivre ce que la vie est devenue: une arène où s'affrontent chacun et son voisin pour "gagner". Gagner quoi ? Car, la vie ayant inexorablement une fin, s'il n'y a pas d'autre but à la vie que de "gagner", la plus grande victoire n'est-elle pas de détruire le plus d'adversaires possible puis de partir en apothéose, rendant cette "victoire" finale? "

J'habite les U.S.A. depuis quelque mois et je vois tous les jours ici le réflexe de défense instinctif de quiconque croise un se ses semblables sur le trottoir, surtout s'il est différent: Noir, Latin, Étranger. La peur et la méfiance sont omniprésentes, perceptibles. La moindre transaction commerciale, serait-ce l'échange d'un chèque pour des devises, exige que les parties soient aux aguets. Chaque sourire Colgate est là, sur les lèvres de vos interlocuteurs... pour disparaître quand la faveur requise est obtenue.

Pourtant... Demander un renseignement? Faites vite. Surtout, n'essayez jamais de modifier l'ordre des questions qu'on vous pose, ne vous écartez pas des catégories de questions auxquelles un employé a été entraîné à vous répondre. Quoi que vous disiez, il revient à sa routine. On en a fait une machine, simple transition avant qu'une vraie machine le remplace.

Depuis le massacre du Colorado, il y a eu une hausse significative de la violence chez les jeunes aux U.S.A. et il y a eu cette épidémie de menaces qui fait craindre le pire. De sorte qu'on s'interroge... Un sondage a révélé que 30 % des Américains n'avaient jamais adressé la parole à leurs voisins, que 65 % ne leur rendraient pas un menu service "à moins d'une urgence grave". Les U.S.A sont la caricature de ce que sont devenues toutes les sociétés occidentales. Nous ne sommes plus que des gladiateurs. Il n'y a plus de place dans nos sociétés pour la fraternité. Vite, une bombe ... et "Morituri te salutant.

Le Québec? Le drame de Polytechnique et notre taux de suicide - une des première causes de décès, maintenant, chez certains groupes d'âge - sont là pour montrer que nous suivons la même voie. La voie du désespoir. Comment notre monde en est-il arrivé là? De quels pères spirituels inconnus ces jeunes sont-ils les orphelins? Pourquoi la génération de "68 qui voulait changer le monde a-t-elle donné naissance à une génération qui ne veut plus rien?

Peut-être le spectacle choquant des révolutionnaires soixante-huitards se transformant en pantouflards et s'accrochant à leurs privilèges au détriment des jeunes y est-il pour quelque chose. Peut-être la toute-puissance apparente du Système qui, techniques de pointe aidant, ne semble laisser à l'individu aucune chance de s'en sortir. Peut-être, comme beaucoup l'ont dit souvent, la "mort de Dieu" et l'immobilisme des religions traditionnelles de l'Occident. Personne n'en sait vraiment rien et, quand on dira qu'on le sait, c'est simplement qu'on aura renoncé à s'interroger.

La vraie question, d'ailleurs, c'est de trouver comment s'en sortir. C'est de trouver le chemin qui mènera à une nouvelle solidarité. On peut parler tant qu'on voudra d'une Nouvelle Société et de son fonctionnement, mais, aussi longtemps que chaque individu se percevra comme seul et en lutte contre tous, une structure sociale, quelle qu'elle soit n'encadrera que le malheur des uns et des autres.

Comme ce cordonnier à qui l'on disait de limiter à la forme des chaussures ses critiques du tableau du peintre, je ne bifurquerai pas d'un site où j'en ai déjà plein les bras à chercher des solutions sociales pour m'interroger sur les valeurs spirituelles, la solitude et le sens de la vie. Mais j'espère que quelqu'un le fait et j'aimerais bien qu'on me dise où sont les réponses.

 

Pierre JC Allard



Vous pouvez maintenant commenter cet article au BLOG Nouvelle Société ! (Cliquer ici).



Page précédente

Page suivante

Litanie des avanies

Retour à l'accueil

Mesurez votre audience 1