99.03.31


LA MARCHE DU SAMOURAÏ

 

Ce qu'on sait de l'entraînement des preux chevaliers japonais du Moyen-âge se limite à bien peu de choses, nous arrivant souvent par le biais de films de Kung-fu "made in Hong Kong" dont le total respect pour la vérité historique reste à prouver. L'un des éléments sur lequel on semble être d'accord, toutefois, c'est la "marche du Samouraï".

Un Samouraï devant être en tout temps complètement conscient de son environnement, le postulant devait pouvoir, après une marche rituelle dont la durée varie selon les source, en rapporter fidèlement les péripéties. "Trois grues sont passées, la première plus petite que les autres". L'herbe est jaunie sur 20 mètres, à gauche, après le deuxième carrefour". " J'ai croisé 4 femmes, 6 hommes et 2 vieillards, au dernier il manquait deux dents... " . Vous voyez le scénario ?

Je vous raconte ça, parce qu'on me demande souvent ce qu'il faut faire, ce que chacun PEUT faire pour nous rapprocher un peu d'une Nouvelle Société. Je crois que chacun peut et devrait faire, le plus souvent possible, sa propre marche du Samouraï; une brève visite d'inspection et de critique constructive des failles petites et grandes de notre société.

Un exemple? Je sors de chez-moi, Vieux-Montréal, la chaussée est délabrée depuis des années; n'y a-t-il pas un plan de réfection? Cent mètres plus loin, la Place Jacques-Cartier, dont je me souviens qu'elle était en chantier le printemps passé; en avait-elle besoin? Et qu'a-t-on fait de la statue de Nelson? Une question sans doute politiquement incorrecte... Un restaurant dont le chef faisait des merveilles a fermé ses portes; on ne lui permettait pas de s'annoncer coté rue Notre-Dame. Un cube de pierre est là; laid, inutile, traité comme une oeuvre d'art: il a coûté 400 000 dollars. Je regarde l'Hôtel-de-ville. N'y a-t-il pas des choses à changer? Lesquelles? Comment?

Rue de la Commune, coin Bonsecours, je me rappelle soudain que, 25 mètres sous mes pieds, passe la Ligne 4 du métro qui va de Berri à Longueuil. Est-ce qu'une station ici ne revitaliserait pas l' est du quartier et le développement du "Faubourg Québec" tout en facilitant l'accès au Vieux Port? Et si la voie ferrée qui longe le port devenait une ligne de métro rejoignant à la Gare Centrale la ligne vers Deux-Montagnes, devenant la mythique ligne 3 dont on parlait il y a 35 ans, avec correspondance à Bonsecours avec la ligne 4 et à Edouard-Montpetit avec la ligne 5 ? Si on faisait VRAIMENT un effort pour le transport en commun? Si vous êtes ingénieur en transport, ne devriez-vous pas proposer quelque chose?

Rue Viger, j'ai un souvenir nostalgique pour le parc du même nom et ses arbres centenaires, auquel a succédé une horreur de béton, un espace désert bien mal nommé "Agora". Retour vers le Palais des Congrès, un malentendu architectural dont on a décidé qu'il ne recouvrirait pas l'autoroute Ville-Marie mais flotterait au dessus, laissant s'en échapper le bruit et les gaz délétères; symbole aussi, maintenant, d'un autre malentendu entre l'État et les architectes dont on voudrait qu' ils rendent cette ville plus belle... mais en confiant toujours les contrats au plus bas soumissionnaire. Pourquoi n'aurions nous pas un vrai plan d'urbanisme? Et si vous êtes architecte ou urbaniste, n'avez-vous rien à suggérer?

N'avez-vous rien à suggérer si vous êtes médecin, avocat, informaticien, mécanicien... ? Si chacun dans son milieu de travail et de loisir - en mettant à contribution sa compétence professionnelle mais aussi son simple bons sens - identifiait les problèmes qui nous assaillent de toute part et proposait des solutions concrètes, ce serait un énorme bond en avant car c'est l'apathie qui est la source première de tous nos maux.

Ici, un abribus. Si on les chauffait un peu en hiver, les portes des véhicules venant s'ajuster sur les portes des abris côté chaussée et les portes côté trottoir étant pivotantes pour raison d'économie ? Là, une de nos églises, toutes portes cadenassées; Dieu ne reçoit pas tous les jours. Pourtant, c'est une de nos spécificités comme peuple qu'une poignée de travailleurs criant misère aient pu se priver et donner l'argent pour construire ces nefs aux dimensions de cathédrale. Pas une fois, mais à des douzaines de reprises - et certains de ces édifices ont une valeur architecturale et artistique certaine. Pourquoi ne pas ouvrir les portes?

Une affaire de sécurité? On ne manquerait pas de bénévoles qui, cellulaire en main, pourraient surveiller les lieux et obtenir de l'aide en quelques minutes au besoin... et je me sentirais plus fier d'avoir été baptisé si, les jours de grand froid, les itinérants passaient la nuit sur un banc d'église plutôt que dans une ruelle.

Un parc. Fermé au coucher du soleil... Est-ce qu'un peu d'éclairage la nuit, en été, nous ruinerait ? Et, encore une fois, on ne manquerait pas de volontaires "armés" de cellulaires pour y assurer la sécurité. Un grand magasin. Vide. Il est trop tôt... Qu'arriverait-il si, au lieu de viser l'ouverture 24 heures sur 24, on déplaçait les heures d'ouverture de telle façon que les commerces soient ouverts quand les gens ont terminé leur boulot et ont le temps d'aller faire du shopping?

Pendant qu'on y est, pourquoi ne pas décaler aussi les heures de travail des usines de celles des bureaux, de sorte que l'ouvrier puisse faire ses emplettes et voir son médecin avant ou après ses heures de travail? Décaler aussi, peut-être, les heures d'ouverture des bureaux de l'État de celles du secteur privé. Décaler quoi et de combien de temps? Je ne le sais pas, mais je sais qu'une enquête simple nous le dirait: pour quelques dizaines de milliers de dollars l'État pourrait le savoir. Et la meilleure solution à court terme aux embouteillages, ne serait-ce pas de distribuer sur toute la journée les "heures de pointe".?

Tournez à gauche, tournez à droite, il y a toujours quelque chose qui ne va pas et qui pourrait être remis en ordre. Facilement. Il n'y a que ceux dont c'est le travail de s'en occuper qui ne voient ni les problèmes ni les solutions. Si vous voulez faire quelque chose pour un monde meilleur, il n'est pas essentiel de vous faire brûler vif. Faites la marche du Samouraï, identifiez un ou plusieurs problèmes, suggérez une solution aux autorités (in)compétentes... et donnez-moi des nouvelles.

Pierre JC Allard



Vous pouvez maintenant commenter cet article au BLOG Nouvelle Société ! (Cliquer ici).



Page précédente

Page suivante

Litanie des avanies

Retour à l'accueil

Mesurez votre audience 1