11 Culture «à la carte»





Montréal doit soutenir les arts. Aujourd'hui plus que jamais, parce que la publicité nous attire vers d'autres produits plus terre-à-terre et réduit la part des dépenses de consommation qui va à la culture. Mais ceci ne veut pas dire qu'on doive soutenir les auteurs des pièces que le public boude, ni les peintres de tableaux qu'on ne veut pas voir. Il ne s'agit pas de contrarier les goûts du public au nom d'une certaine "culture" définie par une toute petite élite, mais plutôt de faire en sorte que les Montréalais aient plus de la culture qui leur plaît.

La politique culturelle de Montréal doit être de promouvoir une culture qui soit pour les gens une source de plaisir et, pour en arriver à cet objectif, il faut que Montréal subventionne la consommation plutôt que la production de l'art, facilitant ainsi à une beaucoup plus grande partie de la population l'accès à la culture de son propre choix.

Je propose de le faire en offrant à chaque détenteur de plus de 18 ans d'une Carte de Citoyen portant mention &laqno; solidarité» d'assister gratuitement ou à rabais à six (6) événements culturels de son choix - théâtre, exposition, concert, film d'auteur québécois, etc - la Ville prenant en charge le coût du billet à la hauteur de 10 $. Si on subventionne ainsi l'entrée de 900 000 citoyens à 6 événements culturels par année, on injecte 54 millions de dollars dans la consommation culturelle. C'est un gain presque net pour les arts, la culture et les artistes, puisque ce pouvoir d'achat sera mis majoritairement entre les mains de Montréalais qui ne sont pas présentement des consommateurs fréquents de culture.

Montréal, en collaboration avec le secteur privé, établira un Centre de Réservation des Activités Culturelles de Montréal (CRACM) Ce Centre, en accord avec les responsables d'événements culturels, acceptera et portera au débit de leur carte, à la hauteur de 15 $ par événement, les réservations faites par les détenteurs d'une Carte de Citoyen portant la mention
&laqno;solidarité».
Chaque détenteur de plus de 18 ans d'une Carte de Citoyen pourra aussi emmener gratuitement, à tout spectacle auquel il assiste, une personne de 7 à 17 ans: ce sont tous ces enfants et adolescents qu'on initiera ainsi aux événements culturels qui deviendront la clientèle de demain.

Montréal avancera aussi à certains artistes les fonds nécessaires pour la préparation d'événements culturels, garantissant le coût de location de la salle et de l'équipement ainsi que les salaires des techniciens permettant de réaliser ces projets à la hauteur de la valeur des réservations fermes faites au CRACM pour cet événement. Le choix des artistes ou promoteurs auxquels on avancera ces fonds ne sera pas arbitraire. Tous les candidats à ce financement bénéficieront d'une publicité préalable gratuite; Montréal accordera ensuite prioritairement un financement à ceux dont le projet aura recueilli le plus grand nombre de réservations fermes anticipées au Centre de Réservation (CRACM).

Les recettes anticipées correspondant aux réservations fermes au CRACM seront d'abord mises de coté pour servir au paiement de la salle, des équipements et des salariés. C'est seulement quand ces frais seront intégralement couverts qu'ils seront garantis et que la subvention sera accordée, sous condition que l'événement soit produit. On avancera dès lors à l'artiste, pour ses frais de préparation, 70 % de la valeur des réservations fermes subséquentes, le reste lui étant remis après l'événement.

En subventionnant le consommateur d'activités culturelles plutôt que l'artiste lui-même, Montréal aidera les arts sans s'immiscer dans le problème épineux de savoir quel artiste et quelle forme d'art sont subventionnés. Ce choix deviendra celui de la population elle-même. La culture "à la carte" permettra à la Ville de jouer le rôle de mécène tout en laissant la population exprimer démocratiquement ses préférences.



Index Section 2

Texte suivant

Index général

Accueil

Mesurez votre audience 1