(Les) gouvernements


TEXTE SOUMIS DANS LE CADRE DE L'ENQUÊTE SONDAGEM



A CHACUN SA COMPÉTENCE

On passe bien du temps chez nous à discuter de ce qui devrait être décidé à Ottawa ou à Québec. Bien moins à discuter de ce qui devrait l'être à Montréal ou Chicoutimi, au palier de la région ou de la Municipalité régionale de comté, voire à celui du village ou du quartier. On ne parle presque jamais du droit sacré de l'individu de décider par lui-même d'une foule de choses sur lesquelles l'État s'est arrogé un droit de regard. Encore moins du droit que chacun devrait pouvoir exercer de déléguer certaines responsabilités à un groupe quel qu'il soit - famille, corps professionnel ou autre - auquel il accorde sa confiance.

Pendant qu'on ramene tout le débat à un Oui ou un Non, on ne s'interroge pas assez sur les pouvoirs qu'ils faudrait retirer à l'État national - définissant celui-ci comme on voudra - pour les confier à des administrations plus proches de leur clientèle ou, au contraire, à des structures plus larges, seules capables de résoudre des problèmes qui dépassent aujourd'hui le cadre des États traditionnels.

D'un coté, c'est peut être au palier du quartier ou du village qu'il faut gérer l'école primaire, les règlements de zonage, l'environnement immédiat, la sécurité quotidienne des citoyens. C'est peut-être en faisant appel à des regroupements de professionnels qu'on peut le mieux prendre en charge les urgences-santé et la plupart des litiges. Peut-être que la famille - ou un groupe restreint d'individus se considérant comme tel - peuvent être solidaires face au paiement de l'impôt et assumer en échange, les uns envers les autres, des responsabilités accrues.

Montréal, métropole bilingue dans les faits, ne doit-elle pas se donner des règles linguistiques différentes d'Alma ou Amqui? Est-ce que chaque MRC ne devrait pas avoir son propre plan de développement, contrôlant ses zones blanches et vertes? Est-ce que chaque région ne devrait pas orienter sa formation professionnelle en fonction des besoins de son développement économique? Est ce que chaque palier de gouvernement de devrait pas avoir ses responsabilités bien définies, chaque responsabilité étant toujours confiée au palier le plus près des citoyens qui soit compatible avec les exigences de l'efficacité?

Surtout, ne serait-il pas temps que chaque palier ait accès à ses propres revenus et assume la pleine responsabilité de ses décisions face à ses propres contribuables? Pourquoi une déclaration d'impôt unique, répondant aux exigences variées de tous les paliers de gouvernement auquel il est soumis, ne serait-elle pas remplie par chaque payeur de taxes, permettant à chacun de déménager ses pénates si sa municipalité ou sa région l'exploite ?

Et à l'autre bout de la chaîne d'autorité, est-ce que quiconque souhaite vraiment qu'un gouvernement fédéral canadien gère autre chose que la monnaie, les affaires étrangères et l'Armée? Pourquoi, d'ailleurs, le Canada ne remettrait-il pas les commandes de ses forces militaires aux Nations-Unies en échange de sa protection, créant un précédent qu'aurait avantage à suivre l'immense majorité des pays du monde? Et ne sommes nous pas, tout doucement, à remettre à des organisations internationales - Gatt, Alena, etc - l'autorité sur le commerce international... ?

Le monde a changé. Il change sans arrêt, de plus en plus vite. Le moment est venu de repenser de A à Z la distribution des pouvoirs et les limites de l'autorité des États. Le premier pays qui le fera sera en position de force pour affronter l'avenir.


Texte suivant

Index Section 1

Index général

ACCUEIL

Mesurez votre audience

1