28 idées pour un monde meilleur

(Chaque titre est un lien vers le texte complet)


English Summary

Résumés

 

1. La justice civile

Il n'y a pas de justice au Québec pour le monde ordinaire. Parce que c'est trop long, et parce que c'est trop cher. Tout le monde le dit, même le Juge en Chef de la Cour Suprême...! La solution est simple: que le premier recours en matières civiles soit toujours un arbitrage, qu'une cause se règle "toutes affaires cessantes", et que ce soit seulement les perdants qui payent. On aura ainsi une justice expéditive, équitable et gratuite pour qui plaide à bon droit. (Sondage)


2. Les conflits de travail

Les grèves ne rendent pas justice aux travailleurs: Dans une économie planétaire, il n'y a pas de façon que ce soit un autre que le travailleur qui écope. Au lieu de perdre des centaines de millions d'heures de travail, il vaudrait mieux qu'on établisse une vraie politique salariale, et que des Commissaires - nommés à vie, comme des juges - règlent chaque conflit de travail en équité, dans le cadre des normes que fixerait l'État. (Sondage)


3. Les médecins

Il nous faut une médecine plus humaine, une médecine de relations suivies entre des équipes médicales et leurs patients, une médecine de réconfort. Et un système où le médecin généraliste - et bien des spécialistes - ne seront plus payés à l'acte médical mais par "capitation" selon le nombre de leurs clients... (Sondage)


4. L'éducation au secondaire

Notre réforme de l'éducation secondaire à raté un virage. Il faut abandonner l'approche des polyvalentes impersonnelles, avec leurs douzaines de spécialistes, et revenir à un système "préceptoral" dans lequel on privilégie des groupes stables, des relations de longue durée entre enseignants et élèves, la transmission de valeurs et un sentiment d'appartenance. C'est de cette façon qu'on peut régler le drame du décrochage scolaire, pas autrement. (Sondage)


5. Les criminels violents

Le monde ordinaire en a assez de voir les criminels qui ont été condamnés deux fois, cinq fois, dix fois être libérés sous caution, ou être relâchés après des remises de peine, pour qu'ils puissent revenir indéfiniment commettre les mêmes horreurs, viols après viols et meurtres après meurtres. Il ne s'agit pas de les punir, mais de nous protéger. Et pour ça, qu'ils soient fous ou criminels, il y a de grands espaces où les mettre.... (Sondage)


6. L'accès à la propriété

On parle beaucoup d'accession à la propriété, pour ces trois-quarts de la population de Montréal qui sont locataires. Avec raison, car c'est peut-être la meilleure façon de réduire certaines inégalités sociales. Mais il faudrait le faire sérieusement. Au lieu de projets compliqués pour une petite minorité, on pourrait donner à presque TOUT LE MONDE la chance de devenir propriétaire... du logement qu'il habite déjà. Un grand pas vers une société plus juste (Sondage)


7. Le sport gratuit

C'est important le sport. Pas seulement le sport qu'on pratique, mais aussi le sport-spectacle. C'est une des façons de créer un esprit de corps: gagner ensemble en s'identifiant à un gagnant de chez-nous. Mais il faudrait que l'assistance aux grands événements sportifs soit gratuite, pour qu'un maximum de gens participent. Il est possible d'offrir des événements sportifs gratuits: il faut seulement tirer tout le parti possible de la publicité.


8. L'argent électronique

Avec le progrès des méthodes de photocopie, il va bien falloir renoncer à l'argent sous la forme de billets de banques. Mais le développement des communications électroniques offre heureusement une alternative bien plus efficace à l'argent traditionnel et, du même coup, en payant tout par cartes de crédit, nous allons régler bien des problèmes. A commencer par la fraude fiscale, jusqu'au vol et au recel. Et on va aussi compliquer un peu plus la vie des trafiquants de drogues.


9. Le système postal

Nous n'avons plus besoin d'un système des Postes anachronique, qui fonctionne cahin-caha, nous coûte 4 milliards par année, gaspille la vie de 60 000 travailleurs, et nous impose périodiquement une grève où se manifestent la violence et le vandalisme. Maintenant il y a les télécopieurs, les messageries, les virements bancaires, Parbus... Il faut avoir le courage de fermer Postes Canada, et l'imagination d'en utiliser autrement les ressources humaines.


10. Une nouvelle démocratie

Au lieu de voter sur des promesses qui ne sont jamais tenues, la vraie démocratie ce serait de voter pour des partis qui prendraient l'engagement CONTRACTUEL d'accomplir leur programme ou de démissionner. Au lieu de députés qui représentent des partis, on aurait des députés indépendants qui représenteraient leurs électeurs, et dont le mandat serait de vérifier si le parti élu pour former le gouvernement respecte bien son programme. (Sondage)


11. Les crimes sans violence

Il y a une foule de malfaiteurs de tout acabit qui ne sont pas violents et qu'on n'a pas à envoyer au bagne, mais qu'il n'y a pas de raison non plus pour qu'on laisse traîner dans les rues. Plutôt que de les mettre en prison - à grands frais pour la société - il vaudrait mieux les mettre en résidence surveillée, les obliger à travailler, et les forcer à rembourser et à dédommager leurs victimes ainsi qu'à payer une amende. Une solution plus humaine et moins coûteuse.


12. Promouvoir la culture

Au lieu de subventionner des artistes, dont une grande partie produisent des oeuvres qui n'intéressent pas le monde ordinaire, il serait plus correct que le gouvernement encourage les arts en subventionnant les consommateurs. On pourrait donner à chaque payeur de taxe une Carte-Étoile qui lui permettrait d'assister gratuitement à des représentations, etc. ... et d'y emmener ses enfants ! Et il y a un moyen aussi de connaître les goûts du public en peinture, en sculpture, architecture...


13. Le financement des études universitaires

Pourquoi l'étudiant pauvre qui a du talent ne pourrait-il pas vivre correctement sans travailler tout en poursuivant ses études, comme un fils de famille riche ? Mais pourquoi, d'autre part, serait-ce au monde ordinaire de payer ses études au futur médecin ou avocat qui, plus tard, ne fera pas de cadeaux au monde ordinaire ? Il y a une façon de réconcilier ces deux propositions: en faisant prêter l'argent qu'il faut à celui qui en tirera profit... par quelqu'un qui y trouvera aussi son profit !


14. L'itinérance

Il n'y a pas d'excuses pour que la société ne s'occupe pas mieux de ses itinérants et, du même coup, laisse ainsi mendier dans les rues de Montréal comme dans une ville du Tiers-Monde. On peut régler cette situation et donner aux itinérants le soutien et la compréhension dont ils ont besoin, en créant pour eux des gîtes de nuit et des lieux de rencontre de jour. Des endroits où on les aidera à s'en sortir... mais tout en respectant leur angoisse.


15. Le chômage

Il est absurde qu'on donne un maigre revenu sans qu'il travaille, à un travailleur sur quatre, au lieu de faire en sorte que tout le monde ait un vrai revenu et un emploi garanti. Il faut que le gouvernement, qui est le premier responsable du développement économique tout autant que de la formation, prenne enfin au sérieux son rôle de garant du plein emploi. Il faut mettre en place uneAssurance-travail au lieu de l'Assurance chômage, et faire VRAIMENT du placement. (Sondage)


16. L'assurance tout-risque

Il est clair que les compagnies d'assurance font de l'argent. Est-ce que le monde ordinaire ne pourrait pas en faire aussi, en s'assurant ? Et si les gens se regroupaient et s'assuraient, ils seraient plus prudents ... Et, pendant qu'on y est, est-ce que ce ne serait pas à la société de prendre en charge, pour tous, les risques de catastrophes naturelles contre lesquelles il est difficile de s'assurer? Est-ce que ce n'est pas ça, d'abord, une société, se garantir les uns les autres ?


17. La publicité

On dépense des milliards en publicité, mais sans vraiment informer les consommateurs. La vérité est cachée par des mensonges et par l'insignifiance. Quand on affirme un FAIT concernant un produit, on devrait pouvoir le prouver et obtenir un "sceau de vérité". On devrait aussi préparer et tenir à jour, de façon continue, un catalogue informatisé complet des biens et services; un catalogue auquel le consommateur aurait accès à partir de sa propre télévision.


18. Les co-locataires

38 % des gens vivent seuls, ou seuls avec des enfants; ces gens peuvent se regrouper pour vivre et avoir ainsi plus de confort et de services pour moins cher. Ceci est vrai pour les personnes âgées - à qui cette formule redonne le contrôle de leur vie, vrai pour les jeunes, et vrai surtout pour les monoparentaux qui dépensent tellement d'argent en frais de gardiennage. Le "commensalisme" est une façon de vivre en groupes, mais sans sacrifier son intimité.


19. Le fonctionnariat

Au lieu d'augmenter le nombre des fonctionnaires qui, derrière leurs guichets, répondent au public "en fonctionnaires", il serait plus efficace que des professionnels autonomes, qui connaîtraient à fond les dossiers et les rouages du gouvernement, fassent les démarches et remplissent toutes ces formules pour leurs clients. Il nous en coûterait moins cher de rémunérer ces professionnels que d'embaucher plus de fonctionnaires, et le service serait bien plus satisfaisant... (Sondage)


20. La liberté de conscience

Protéger ses citoyens contre les crimes, les délits de toute sorte, c'est l'affaire de L'État. Mais l'État n'a pas à se prétendre le défenseur de la morale, ni à se substituer à la conscience de ses citoyens adultes. Suicide, prostitution, jeu, drogue... tous ces crimes qui ne font d'autres victimes que ceux qui décident librement de s'y livrer ne regardent pas l'ordre public. Que l'État s'occupe des mandats qu'on lui donne, et laisse les individus régler leurs "péchés" avec leur Créateur !


21. La taxe sur le capital

L'impôt sur le revenu et les taxes de vente sont les deux pires façons d`aller chercher des revenus pour l'État. On aurait une économie bien plus dynamique si on taxait le capital, l'argent "paresseux", et qu'on supprimait l'impôt sur le revenu et la TPS. Mais, bien sûr, il faudrait alors taxer aussi les propriétaires... et surtout, ouvrir un "refuge" pour les capitalistes, une espèce menacée qui n'est pas aussi inutile qu'on pourrait le croire.


22. La formation professionnelle

Pour satisfaire à nos besoins en main-d'oeuvre et diminuer le chômage, il faut développer la formation en entreprise et il faut revenir à une nouvelle forme d'apprentissage. On doit aussi cesser de dévaloriser le travail manuel et, pour ceci, il faut séparer l'éducation culturelle de la formation professionnelle: permettre à tous les travailleurs - et pas seulement à ceux des carrières libérales - d'avoir accès à l'éducation supérieure et à la culture.


23. Le coût de la santé

La médecine coûte et coûtera de plus en plus cher. Si on veut avoir encore des soins gratuits sans ruiner la société, il va falloir que chacun apprenne à s'aider un peu, que nos diplômés du collégial poussent à la roue, que l'on mette à profit le bénévolat, et qu'on comprenne qu'il n'est pas nécessaire que chaque spécialiste ait suivi un cours complet de médecine générale avant de consacrer sa vie à soigner les yeux, les oreilles ou les organes génitaux de ses patients!


24. Le droit à l'information

Les médias d'information nous donnent un seul aspect de la réalité: celui qui correspond à la vision du monde qui domine notre société. Il faut mettre à profit les techniques modernes de communication pour donner à tout le monde la chance de faire connaître les faits dont il est témoin et aussi ses opinions. On peut le faire en utilisant la télévision interactive, et on peut financer une Banque des Nouvelles de la même façon que les appels sur "976". Et la démocratie y gagnerait.


25. L'avenir du travail autonome

Les "jobs", c'était parfait pour la production industrielle de jadis. Mais dans les hôpitaux, dans les écoles, et même dans les entreprises modernes, quand le travail exige de l'imagination, de l'initiative et des contacts humains efficaces, il vaut bien mieux utiliser des professionnels autonomes ou des employés qu'on traite en partenaires. Il y aura donc de moins en moins de "jobs", et de plus en plus de travail qui ira en sous-traitance à des équipes de travailleurs indépendants.


26. L'immigration

L'immigration est nécessaire. Pour qu'elle soit acceptable, on doit favoriser la prise en charge de l'immigrant par les individus plutôt que par la collectivité. Privilégions les travailleurs avec contrats, les parents des citoyens canadiens et, surtout, l'adoption internationale des enfants abandonnés.(Sondage)


27. Les Autochtones

Les Autochtones ont le droit de choisir d'être différents. On doit cohabiter avec eux et identifier les droits spécifiques qu'on peut et qu'on doit leur consentir, dans le respect de la souveraineté nationale et de l'ordre public. Ceci fait, on a aussi la responsabilité morale d'aider à leur développement.(Sondage)


28. Le partage des pouvoirs

Le monde a changé. On ne doit pas seulement revoir la répartition des pouvoirs entre Québec et Ottawa; on doit aussi la remettre en question à tous les paliers de gouvernement et d'administration, municipaux, régionaux, provinciaux, nationaux et internationaux. (Sondage)

Index Section 1

Index des mises a jour 1999

English Summary

ACCUEIL

Index général

Mesurez votre audience 1